Comment me débarrasser des vers blancs?

Question

Bonjour, mon terrain est rempli de vers blancs et les mouffettes s’en donnent à coeur joie! Existe-t-il des moyens écologiques de se débarrasser des vers blancs? Merci à vous.

Réponse(s)

Bonjour,

Les vers blancs sont en réalité des larves de hanneton. Elles sont pondues au mois de juin, naissent au bout de 15 jours, se constituent des forces durant tout l’été, puis passe l’hiver sous terre. C’est donc l’été suivant que commencent les dégâts.

LES DÉGÂTS DES VERS BLANCS

Les vers blancs se nourrissent de racines. Ils vont donc s’attaquer à toutes les racines qu’ils rencontreront, mais plus particulièrement à celles de la pelouse. Vous constaterez donc en présence de ces vers que votre pelouse se met à jaunir, et que vous pouvez la retirer par plaques. Certains pieds de fleurs fanent et ne tiennent plus debout, et les pommes de terre de votre potager n’ont plus de germe. De plus, certains animaux raffolent de ces vers, vous risquez donc de vous retrouver envahi de moufettes, ce qui n’est pas agréable non plus.

QUE FAIRE?

La méthode la plus écologique pour venir à bout de ces bestioles est d’introduire des nématodes, minuscules vers de 0,3 mm, qui vont éliminer les vers blancs. Il faut les introduire dans l’herbe avec l’eau, en pulvérisant par exemple, ce qui va faciliter leurs déplacements, et lorsque les nématodes vont atteindre les vers, ils vont sécréter une bactérie qui leur sera fatale. Une fois les vers blancs tués, les nématodes vont s’en nourrir, se reproduire et partir à la recherche de nouvelles cibles. Avant d’introduire les nématodes, il faut au préalable bien aérer la pelouse et la tondre assez coute. Ensuite, laissez faire la nature!

Dès que vous constatez la présence de vers blancs dans votre jardin, agissez: au bout de trois ans, ils se transforment en hannetons, qui pondront à leur tour et le cycle recommencera.

Bon courage!

Répondu par Guyot

Que sont les vers blancs?

Les vers blancs, ce sont les larves des hannetons, des insectes coléoptères naguère très communs chez nous, en France. Au Québec, cela peut être aussi les larves des scarabées japonais, de gros coléoptères noirs, appelées encore « barbeaux ».

Quels dégâts peuvent-ils causer?

Ces larves qui vivent sous la terre pendant trois ans sont extrêmement nuisibles, car elles peuvent s’attaquer aux jeunes plants d’annuelles, aux plantes bulbeuses, aux légumes, aux pelouses aussi. Ces parasites sont capables de provoquer bien des dégâts là où ils se trouvent, car ils se nourrissent sur les racines. Les vers blancs sont dodus, d’un blanc crème à tête brune et sont munis de trois paires de pattes qui peuvent atteindre 2 cm de long.

Comment les combattre?

Déjà, on peut toujours essayer de les déloger puis de les détruire. C’est un travail fastidieux certes, mais pas impossible! D’autant qu’il est assez facile de les repérer, car les jeunes plants attaqués flétrissent et meurent. Ensuite, il existe bien sûr des solutions insecticides avec lesquelles on arrose les plantes sensibles aux vers blancs. Mais ce n’est pas très écologique, vous en conviendrez!

Pour une solution biologique, au potager par exemple, il est possible de verser dans les sillons du charbon de bois bien écrasé. Il paraît que les larves n’apprécient pas du tout! On peut aussi disposer sur le sol des branches de thuyas, planter des géraniums ou des pieds d’alouette, deux plantes toxiques pour les vers blancs. On peut encore, à titre préventif, une année sur trois, disséminer des boules de naphtaline, çà et là sur le terrain en question. L’odeur qu’elles dégagent fait fuir les hannetons femelles qui, empêchés, ne peuvent pondre.

Enfin, on peut introduire des nématodes dans le sol, le Heterorrhabditis bacteriophora de préférence. Il faut le faire toujours après une pluie très abondante et par une température de 15 à 16°C. Cette solution écologique, bien sûr, ferait disparaître 50 à 70% des vers blancs. Attention, ensuite tout traitement chimique est prohibé!

Bon courage et bon succès!

Répondu par Deschamps

Autres questions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *