Que peut-on faire pour stopper l’évolution de l’acouphène?

Question

Je fais de l’acouphène depuis un certain temps déjà et il me semble que le bruit est de plus en plus fort. Je crois bien être pris avec ce problème, mais y a-t-il quelque chose à faire pour au moins en stopper l’évolution? Merci.

Réponse(s)

Bonjour,

Un acouphène, lorsqu’il est causé par un traumatisme auditif, soit généralement une exposition à un bruit de très forte intensité ou des expositions fréquentes sur une longue période à des bruits d’intensité moyenne à forte, est habituellement incurable. Je peux parler en connaissance de cause! Par contre, l’intensité d’un acouphène peut diminuer après un certain temps comme ce fut mon cas, mais cela peut prendre des semaines, des mois et même des années. 

L’hygiène et l’ouïe

Pour mettre toutes les chances de votre côté, vous devez adopter une saine hygiène de vie pour vos oreilles. Tout d’abord, n’écoutez pas de musique ou de télé trop fort, en particulier avec des écouteurs. Vous devriez toujours pouvoir entendre une personne vous parler sur un ton normal. Vous pouvez aussi privilégier les casques d’écoute de bonne qualité qui « étouffent » le bruit ambiant, ce qui évite d’avoir à monter le volume pour le couvrir. Petit bémol: dans la rue, il peut être risqué de ne pas entendre le bruit de la circulation. 

Lorsque vous allez au cinéma, au concert ou à la discothèque et que vous prévoyez que le niveau sonore sera intense, portez un protège-tympan. Il y en a des petits qui ressemblent à des écouteurs. Ils ne font pas de miracles puisqu’ils ne font que diminuer de 20 décibels la perception du son, mais c’est mieux que se boucher les oreilles. Si vous travaillez dans un milieu très bruyant, assurez-vous de porter des protège-tympans adaptés. Les boules Quies ne sont pas d’une grande utilité. Après une exposition à une forte intensité sonore, prenez une journée de repos auditif.

Intensité perçue

L’intensité perçue n’est pas la même chose que l’intensité réelle. Si vous écoutez de la musique dans le métro, dont le bruit est d’environ 80 décibels, vous aurez besoin de dépasser cette intensité puis ajouter l’intensité de 60-70 dont vous avez besoin pour avoir l’impression d’entendre la musique à un niveau confortable. Toute fréquence dépassant 85-90 décibels présente un risque. Une conversation humaine fait à peu près 60 décibels. Il arrive que suite à une forte exposition, l’intensité d’un acouphène augmente et on ne sait jamais à chaque fois si cette augmentation est temporaire ou permanente.

Hypnose

L’hypnose est parfois utilisée pour diminuer la perception d’un acouphène. L’efficacité peut varier d’une personne à l’autre, tout dépend de l’intensité de l’acouphène, de la réceptivité de la personne à l’hypnose, etc. Dans certains cas, on voit une amélioration « audible ». Personnellement, je n’ai pas essayé. 

J’espère que ces informations vous ont été utiles. Au plaisir!

Répondu par Petit

Bonjour,

L’acouphène est un dysfonctionnement auditif qui se caractérise par des sifflements, des bourdonnements et des cliquetis dans les oreilles et dans la tête. En réalité, il existe deux types d’acouphènes: les acouphènes subjectifs et les acouphènes objectifs.

  • Dans le cas des acouphènes subjectifs, les bruits fantômes ne sont entendus que par la personne atteinte. Ces bruits sont liés au vieillissement de l’oreille. 
  • Dans le cas des acouphènes objectifs, les bruits sont réels. Ils peuvent être produits par une malformation vasculaire, une contraction musculaire ou une lésion de l’organe de l’audition. Ce type d’acouphène est très rare, mais peut être traité en déterminant la cause.

Traitement de l’acouphène 

Comme nous venons de le dire, l’acouphène objectif peut parfaitement être traité en déterminant la cause. Quant aux acouphènes subjectifs, ils ne peuvent malheureusement pas être traités. Toutefois, il existe de nombreuses solutions pour vous habituer aux bruits que vous entendez. Vous pouvez par exemple porter une prothèse génératrice de bruit blanc. Ce type de bruit peut masquer les bruits fantômes et réduire la gêne qu’ils provoquent.

Pensez également à suivre une thérapie d’habituation. Cette thérapie permet d’apprendre à oublier les bruits et de vivre avec, et ce, en reprogrammant le cerveau de façon qu’il puisse filtrer les sons de façon sélective.

Évitez le silence absolu, surtout au moment de dormir. Veillez à garder un léger bruit ambiant tel qu’une radio à faible volume, un ventilateur, un réveil analogique qui émet un tic-tac, une musique douce, etc.

Prévenir l’évolution des acouphènes 

Les acouphènes peuvent être dus à une exposition excessive au bruit. Évitez donc les volumes sonores élevés. Si l’exposition est inévitable, utilisez des coquilles protectrices ou des protège-tympans.

Évitez autant que possible la prise prolongée de certains médicaments qui pourraient être responsables d’acouphènes. Citons par exemple l’ibuprofène, l’aspirine, les anti-inflammatoires non stéroïdiens, certains diurétiques, certains antibiotiques, les antipaludéens ou encore les médicaments utilisés en chimiothérapie.

Portez-vous bien et à la prochaine peut-être!

Répondu par Dupuis

Autres questions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *