Le cancer des testicules se soigne-t-il bien?

Question

Bonjour, j’aimerais savoir si le cancer des testicules se traite bien et si le taux de réussite est bon. Merci beaucoup!

Réponse(s)

Bonjour à vous, 

Le cancer du testicule peut faire peur, car il est très important: à lui seul, il représente le tiers des cancers qui touchent les hommes jeunes, c’est-à-dire de moins de quarante ans. 

Un cancer qui se soigne très bien

Cependant, d’énormes progrès ont été faits en vingt ans, et vous devez savoir que les chances de guérison d’un cancer du testicule sont énormes. Évidemment, tout dépend du moment où le diagnostic est posé, mais les guérisons se montent à 95-100% des cas. Plus le diagnostic est posé de bonne heure, plus les chances de guérison augmentent. Par contre, le cancer peut avoir certaines répercussions psychologiques. 

Un acte chirurgical contre le cancer du testicule

Détecté suffisamment tôt, le cancer du testicule ne touche qu’un des deux testicules. Une opération sous anesthésie générale permet l’ablation du testicule touchée. Cette opération s’appelle l’orchidectomie. Si le patient le souhaite, une prothèse peut être mise en place. Il est très rare que les deux testicules soient touchés, et avoir un seul testicule ne menace pas la production de sperme, ce qui veut dire que le cancer du testicule ne vous mène pas à la stérilité. Si vous le souhaitez en revanche, des prélèvements de sperme peuvent être faits pour une insémination artificielle future. 

Des récidives faibles

Quand il est bien traité et pris à temps, le cancer du testicule n’offre des possibilités de rechute dans les 25 ans que dans deux à cinq pour cent des cas. Et pensez au cycliste américain Louis Armstrong. Avez-vous vu ses victoires au Tour de France? Il avait pourtant eu un cancer des testicules. 

Bonne journée!

Répondu par Menard

Bonjour,

Le cancer des testicules touche un homme sur 25 000, et il concerne 1% des cancers de l’homme. Le cancer des testicules est le cancer le plus souvent rencontré chez les hommes âgés de 15 à 35 ans. Cependant, il serait moins souvent retrouvé chez les hommes africains que chez les hommes de race blanche. Le cancer des testicules se distingue en deux catégories: les non-séminomes qui représentent 70% des cas et les séminomes qui représentent les 30% restants. Dans la majorité des cas, le cancer des testicules sera découvert lors d’un auto-examen des testicules, généralement suite à un coup porté au niveau de la région génitale ou suite à un traumatisme.

Déterminer le stade du cancer des testicules

Lorsque le diagnostic est établi, le médecin devra déterminer à quel stade en est rendue la maladie. Il effectuera pour cela sur le patient une tomodensitométrie de la région pelvienne et de l’abdomen ainsi qu’une radiographie pulmonaire. La tomodensitométrie permettra de déterminer si le cancer s’est propagé aux ganglions lymphatiques de l’abdomen, alors que la radiographie pulmonaire permettra de savoir si le cancer a déjà touché les poumons.

Il existe quatre stades de cancer:

  • Le 1er stade est celui où le cancer est resté à la limite des testicules;
  • Le 2e stade est celui où le cancer a touché les ganglions lymphatiques de l’abdomen;
  • Le 3e stade est lorsque le cancer a touché certaines parties, comme les poumons ou le foie;
  • Le 4e stade est le stade où, après le traitement, le cancer est revenu.

Les traitements selon les différents stades

Pour le 1er stade, on utilisera la chirurgie et la radiothérapie. En effet, une intervention appelée orchidectomie inguinale radicale qui consiste à retirer un des testicules sera effectuée. Dans certains cas, cette opération laissera la possibilité à l’homme d’avoir des enfants. Chaque patient a éventuellement l’option de se faire poser une prothèse, de même poids et de même taille qu’un testicule, ce qui aide au niveau psychologique. Ensuite, selon le type de la tumeur, une radiothérapie peut être fortement conseillée, malgré certains effets secondaires, tels que la fatigue, des nausées, une perte d’appétit, des rougeurs et des diarrhées. À la suite de ce genre de traitement, le médecin conseillera des radios pulmonaires ainsi que des prises de sang régulièrement: chaque mois durant la première année, puis durant la seconde année, tous les deux mois.

Pour le 2e stade, on utilisera la chirurgie et la chimiothérapie. En effet, le médecin procédera à une intervention appelée curage ganglionnaire qui consiste à retirer les ganglions lymphatiques touchés, associés à une orchidectomie. En stade 2, les patients doivent suivre une chimiothérapie. Notez que selon les cas, les médecins peuvent parfois prescrire une chimiothérapie avant l’intervention, ce qui permet de réduire la grosseur de la tumeur. Là encore, des effets secondaires sont relevés, tels que des chutes de cheveux, des diarrhées, des essoufflements, des nausées ainsi que parfois des vomissements, de la fatigue, des frissons, de la toux ou encore des ulcérations buccales. Dans certains cas, la chimiothérapie peut rendre infertile. Il est donc recommandé, particulièrement pour les hommes qui voudraient avoir des enfants, d’en parler avec leur médecin avant l’intervention afin de pouvoir entreposer leur sperme.

Pour le 3e stade, si les autres traitements n’ont pas été suffisamment efficaces, on envisagera de faire une greffe de la moelle osseuse.

Les taux de guérison

Plus le cancer des testicules est dépisté tôt et plus le taux de guérison sera important. À l’heure actuelle, en cas de dépistage précoce, 95% des cancers des testicules sont réceptifs au traitement. Cependant, le cancer peut récidiver durant la première année, d’où l’importance de faire des prises de sang et des radios pulmonaires mensuellement.

Bonne journée à vous!

Répondu par Le

Autres questions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *